Méta-données : Les comprendre et les optimiser pour le SEO

Dans la discipline du référencement, il existe de nombreuses métadonnées mises à disposition par Google. Elles permettent aux pages d’être mieux référencées mais surtout de scruter des positions 0, des featured snippets. Ces résultats vont vous permettre de grignoter plus de places sur la SERP, et font partie intégrante du SEO On-Page.

En mettant de côté les données structurées de Google, il ne reste que deux types de métadonnées : la méta-description et le méta-titre, qu’on appelle aussi balise title.

 

meta donnees seo

1. Qu’est-ce qu’une méta-donnée ?

Définition des méta-données

 

Les méta-données, ou métadonnées, sont des éléments de codage HTML qui ne servent pas à la mise en page. Le titre, la description ou encore le type de contenu…

Elles aident principalement l’algorithme de Google à donner un contexte à votre contenu. Les métadonnées impactent donc directement votre positionnement sur les classements de Google.

Grâce à des extensions très utilisées, comme Yoast ou SEOPress, les métadonnées sont devenues assez faciles à mettre en place.

 

Les méta-données sont-elles importantes pour le référencement ?

 

Fort heureusement ! Si les métadonnées n’avaient pas d’importance pour le référencement, elles seraient plutôt inutiles.

Elles permettent de contextualiser votre contenu, qu’il soit textuel ou visuel. Les algorithmes de Google vont pouvoir l’interpréter plus facilement et si elles sont optimisées, elles vous feront grappiller quelques places.

Dès lors que vous les mettez en place, elles seront visibles par le robot de Google. Inversement, si elles ne sont pas visibles, cela peut vous porter préjudice.

Il convient de différencier les deux méta données les plus importantes des autres : le méta-titre et la méta-description.

 

2. La méta-description

 

Qu’est-ce qu’une méta-description ?

 

La méta-description, c’est un élément qui vient s’afficher directement dans la SERP et qui va servir à décrire votre page.

En référencement naturel, elle n’a pas énormément de poids. Toutefois, elle est importante puisqu’elle va impacter votre taux de clic.

En plus des optimisations classiques pour le SEO, il va donc falloir être persuasif dans sa méta-description.

 

Comment optimiser sa méta-description ?

Que vous écriviez ou non une méta description, Google s’en chargera pour vous. Alors il vaut mieux l’écrire vous-même pour l’optimiser.

Il s’agit d’un morceau de texte qui viendra décrire votre page.

méta données : meta descriptions

La longueur idéale d’une méta-description est d’environ 150 caractères. C’est la limite approximative, en équivalent pixels, pour ne pas qu’elle soit tronquée. Il peut y avoir des différences en fonction des lettres utilisées et de l’appareil utilisé.

Pour optimiser sa méta-description, il est important d’inclure votre requête principale dans celle-ci, de préférence au début.

La dernière chose à savoir est qu’il est préférable d’ajouter un call-to-action, pour maximiser le taux de clic. L’ajout d’une incitation à l’action va permettre de donner une indication au lecteur sur la prochaine action à mener.

Pensez irrémédiablement que vous serez une dizaine sur la même page et qu’il vous faudra vous démarquer. Décrivez votre contenu de manière séduisante afin de donner envie de cliquer.

 

3. Le méta-titre

 

Qu’est-ce qu’un méta-titre ?

 

Le méta-titre ressemble beaucoup à la méta-description. Il est toutefois beaucoup plus mis en avant. Le méta-titre est mis en avant par Google, est affiché plus gros et est beaucoup plus important pour le référencement.

En effet, il va définir les requêtes principales sur lesquelles vous vous positionnez sur la SERP.

métadonnées : meta titre

Techniquement, la balise titre n’est pas une métadonnée. Mais elle est abondamment considérée comme telle, alors il est hors de question de l’oublier !

 

Comment optimiser son méta-titre ?

 

N’oubliez pas que votre méta titre est déterminant en SEO, il faut donc veiller à l’optimiser.
Chaque balise title doit être unique et correspondre à une requête unique.

Vous vous rappelez la règle ? Une page doit cibler une requête unique ? Et bien la balise title se doit aussi de respecter cette règle.

Evitez les doublons, et concentrez-vous sur votre requête principale. Il y a aussi une divergence chez les experts concernant sa longueur. Beaucoup estiment que le titre ne doit pas excéder les 60 caractères pour ne pas être tronqué.

Toutefois, d’après une étude réalisée par Olivier Andrieu, une balise title doit comporter 7 mots descriptifs. Une balise title tronquée n’est pas si grave si on l’optimise correctement.

C’est donc à vous de faire le choix entre une balise qui respecte la limite de caractères, et une balise riche qui comporte plus d’une dizaine de mots.

Votre mot-clé principal doit être en début de phrase. Aussi, votre copywriting se doit d’être attractif : les tops, les classements, les guides ont de meilleures chances d’être cliqués.

 

4. Les autres méta-données en SEO

 

En référencement naturel, il existe de nombreuses autres méta-données. La plupart d’entre elles sont des données enrichies – ou structurées. Mais elles sont plus compliquées et nécessitent un article à elles-seules.

La balise robot

 

La balise HTML <robot> donne des indications au robot de Google sur comment traiter votre page. Doit-il l’indexer, ne pas l’indexer, la suivre ou ne pas la suivre ?

C’est ici que l’on retrouvera les nombreuses balises follow, no-follow, index et no-index…

Si vous ne donnez pas d’indication contraire, le robot utilisera le balisage initial de follow et d’index. Cela signifie qu’il va suivre vos liens et qu’il va indexer la page s’il arrive jusque là.

 

La balise canonique

 

Le fameux “canonical” sert à identifier le contenu original. Vous n’êtes pas sans savoir que le web regorge de contenus dupliqués. Qu’il s’agisse de votre propre site ou de personnes mal intentionnées qui recopient vos données.

Inclure une balise canonical va aider le robot à identifier le contenu original et – potentiellement – lui accorder une place plus importante sur la SERP.

Il a été remarqué que la balise canonique est souvent ignorée au profit du site ayant le plus d’autorité.

 

Pour aller plus loin

 

Si vous voulez en savoir plus sur les méta-données, il existe de nombreuses ressources en ligne qui vous permettent de tester vos pages. Le plus connu, mais pas forcément le plus utilisé, est un outil en ligne développé par Google.

Il vous permet, en utilisant une URL de votre site, de créer les métadonnées nécessaires en fonction du type de contenu : https://search.google.com/structured-data/testing-tool?hl=fr.